Man holding tablet
University of New Brunswick
https://www.linkedin.com/school/university-of-new-brunswick/about/
https://www.unb.ca/
 
M. Paul Mazerolle, Ph. D., est le 19e recteur et vice-chancelier de l’Université du Nouveau-Brunswick (UNB). Il est un criminologue de renommée internationale et détient des diplômes de l’Université du Nouveau-Brunswick, de l’Université Northeastern et de l’Université du Maryland. En plus de son rôle de recteur, il est professeur au département de sociologie.

Il est fier d’être originaire du Nouveau-Brunswick et d’être un ancien étudiant de l’UNB, qui est resté en lien étroit avec la province sur le plan professionnel, familial et personnel pendant toute sa carrière. Après avoir commencé sa carrière aux États-Unis, à l’Université de Cincinnati, M. Mazerolle a déménagé en Australie en 2000 pour occuper un poste à l’Université du Queensland. Il y est devenu, par la suite, directeur du programme de criminologie.

De 2002 à 2005, il a été directeur de la recherche et de la prévention à la Queensland Crime and Misconduct Commission. Il a, à ce poste, dirigé un vaste programme de recherche appliquée sur l’intégrité et la transparence dans la police, sur le rendement de la police, sur le crime organisé et sur la prévention des crimes. En 2006, il a déménagé à l’Université Griffiths, où il est devenu directeur du Key Centre for Ethics, Law, Justice and Governance. Par la suite, en 2009, il a été nommé vice-chancelier adjoint pour les disciplines des arts, de l’éducation et du droit.

M. Mazerolle continue de faire de la recherche et a, au fil de sa carrière, obtenu toutes sortes de subventions et produit toutes sortes de publications. Il s’intéresse, dans ses recherches, à l’examen des processus influençant les criminels au fil de leur vie, à la violence, en particulier chez les jeunes, aux violences faites au partenaire sexuel et aux homicides, ainsi qu’aux politiques et pratiques de justice pénale.

La réputation internationale de chercheur en criminologie de M. Mazerolle lui a permis d’établir un réseau international de collaborateurs, qui ont notamment participé au travail du Muriel McQueen Fergusson Centre for Family Violence de l’UNB.